Comment photographier la neige

Comment photographier la neige ?

L’hiver est la période idéale pour apprendre à photographier la neige et éviter les prises de vue grisâtres ou trop bleutées. Voici les fondamentaux de cet exercice délicat.

 

Mieux gérer l’exposition

L’appareil photo considère que toute photo doit se situer dans un « gris moyen » (18 %). Aussi, la mesure d’exposition automatique, activée par défaut sauf en mode manuel (M), s’efforce d’aboutir à ce fameux gris en se basant sur la luminosité de l’intégralité ou d’une partie de scène pour ajuster l’exposition.

Quand la photo comporte des parties sombres, l’appareil effectue correctement ses paramétrages. Mais si vous voulez immortaliser un paysage immaculé, l’appareil considère que cette très grande quantité de lumière est une anomalie. Pour atteindre le gris recherché, il choisit la sous-exposition, conduisant à une neige grise et non blanche.

Pour y remédier, utilisez la correction d’exposition en la réglant entre +1 et +2 IL. Mais certaines scènes peuvent requérir une autre valeur, fiez-vous à l’histogramme pour la définir. Et si votre appareil ne possède pas cette option, commencez par le pointer vers une zone contrastée (avec des éléments blancs et noirs), appuyez jusqu’à mi-course pour fixer l’exposition, puis, composez la « vraie » scène avant de déclencher.

 

Régler la balance des blancs

Parfois, la neige est à la fois grise et bleutée à cause d’une mauvaise réaction de la balance des blancs automatique. Si vous avez photographié en RAW, le post-traitement vous permettra d’apporter les corrections nécessaires. Sinon, réglez-la sur les conditions de la scène (ensoleillé, nuageux, etc.)

 

Photographier les flocons

Photographier la neige qui tombe est un exercice plus délicat, mais il est tout à fait possible d’obtenir un beau rendu en gérant correctement les paramètres suivants : longueur focale, ouverture et vitesse d’obturation.

Pour des chutes de neige peu importantes, une grande longueur focale vous permet de capturer plusieurs « couches » de flocons sur une longue distance, certains étant nets, les plus éloignés, flous.

Avec des chutes de neige importantes, un grand-angle est nécessaire pour que les flocons soient bien nets. L’ennui avec une grande ouverture est une profondeur de champ réduite, et donc un arrière-plan flou. Avec une faible ouverture, en revanche, les flocons sont plus visibles, mais l’arrière-plan aussi, donc les premiers risquent de ne pas se détacher suffisamment.

De plus, la vitesse d’obturation étant plus lente, l’image pourrait montrer des trainées plutôt que les fameux flocons. À vous de la régler en fonction de l’effet esthétique souhaité.

Enfin, essayez le noir et blanc, ce mode met aussi parfaitement en valeur les grandes étendues enneigées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *